Georges Favre-Jacot

 

À une époque où artisans et horlogers travaillent séparément à la production de leurs montres,sans lien les uns avec les autres, un homme voit l’avenir de l’horlogerie différemment. Visionnaire et en avance sur son temps, Georges Favre-Jacot comprend quepour être au sommet de la précision et de l’innovation, il doit réunir sous un même toit toutes les connaissances, les compétences et les savoir-faire nécessaires à la fabrication d’une montre. C’est ainsi qu’en 1865, à l’âge de 22 ans, il crée l’atelier Zenith, où règne le travail d’équipe. La première Manufacture horlogère au sens moderne duterme est née. Plus d’un siècle et demi plus tard, l’esprit de collaboration de Zenith est plus fort que jamais, la Manufacture ayant évolué pour devenir une plate-forme multidisciplinaire et innovante qui cultive l’horlogerie de demain.

Cette maîtrise de toutes les étapes de fabrication sous un même toit signe un pas de géant pour le développement de montres de haute qualité, adaptées à une forte demande d’une clientèle à la recherche de l’heure juste à travers le monde entier. La démarche est d’autant plus réussie que Georges Favre-Jacot n’a de cesse que de développer de nouvelles machines et techniques de production, afin d’améliorer sans relâche la qualité et la précision de ses garde-temps. Pour soutenir le soin artisanal porté à la conception et à la finition de chaque pièce, l’horloger démontre à nouveau son formidable esprit d’entreprendre en élaborant des concepts d’interchangeabilité des composants et d’automatisation de la production.

La Manufacture de Georges Favre-Jacot adopte définitivement le nom de Zenith, qui renvoie au plus haut point d’un astre dans le ciel, symbolisant le niveau d’excellence que poursuit depuis toujours la marque à l’étoile.

Pour réaliser cette vision sans précédent de l’horlogerie, Georges Favre-Jacot travaille en étroite collaboration avec un architecte vedette de l’époque : Alphonse Laverrière. Leur partenariat est intimement lié au mouvement international du « Werkbund », dont le but est d’insuffler une dimension esthétique, voire artistique, aux produits industriels.

 

L’horloger et l’architecte nourrissent une vision commune : tous les aspects visuels d’une entreprise et de sa production doivent être en harmonie avec le produit. Bientôt, les deux hommes s’imposent comme les fers de lance de cette réforme des arts visuels en Suisse romande. Sous l’impulsion d’Alphonse Laverrière, Zenith développe, conçoit et réalise tous les éléments décoratifs de ses magasins, inventant par là même ce qu’on appelle aujourd’hui le flagship store. Alors que des centaines de projets de pendules, pendulettes et montres-bracelets voient le jour, des maquettes de présentation des collections sont élaborées, des papiers d’emballage dessinés, à l’instar d’écrins et autres présentoirs qui signent les premières publicités sur le lieu de vente dans le domaine horloger.

Titre

Hello worldHello worldHello worldHello worldHello worldHello worldHello worldHello worldHello worldHello worldHello worldHello worldHello worldHello worldHello worldHello world